Ca s’est passé un… 13 avril : Glen Keane, animateur de génie

Ecrit par le 13 avril 2019

1954 : naissance de Glen Keane, animateur

Qu’ont en commun Ariel, Tarzan, Raiponce ou la Bête ?  Leur père !  Non, ils ne sont pas frères et sœurs dans les films (enfin, ça c’est une autre histoire que je vous raconterai peut-être un jour…). Non, ils ont un seul et même animateur : Glen Keane.

On peut dire que Glen Keane fut, en quelque sorte, le sauveur de Disney.  Après la mort de Walt, les productions Disney entrent en déclin.  Il faudra attendre les années ’80 et l’arrivée d’un homme pour insuffler un esprit nouveau.  C’est l’ère de La Petite Sirène, La Belle et la Bête ou Aladdin.

Il signe son premier contrat dans la compagnie aux grandes oreilles en 1974 et débute comme assistant animateur sur Les Aventures de Bernard et Bianca.  Sa première mission, et non des moindres, est de créer la première apparition de Bernard à l'écran lorsqu’il salue les membres de la S.O.S Société tout en faisant son ménage.  Le personnage sera bouleversant de sincérité. Cela donnera à Bernard sa crédibilité et son caractère pour tout le film. 

Les succès s'enchaînent ...

En tant que superviseur pour Rox et Rouky, il se charge alors d’imaginer les personnages de Rox, de sa fiancée Vixy, du blaireau ainsi que du terrifiant Grizzly.  On retiendra ainsi la création d'une scène d’anthologie en dessinant la lutte entre le renard et le terrible grizzly.

Changement de registre lorsqu’on lui propose d’animer le personnage d’Ursula dans la Petite Sirène.  A force de persuasion, il finira par obtenir d’apporter la vie au personnage principale : Ariel.  C’est la première fois qu’il croque une héroïne.  Sa source d’inspiration ?  Son épouse Linda pour les traits, et son caractère pour le tempérament de la sirène.  Ariel, c’est sa fille, celle qui rend possible ce qui semble perdu !

C’est ensuite sur le grand chef d’œuvre du renouveau Disney qu’il est amené à travailler : La Belle et la Bête.  Avec la dure mission d’animer cet être dual qu’est la Bête.  Pour cela, à nouveau, il s’inspirera de sa propre expérience.  Il utilisera les souvenirs de ses sautes d'humeur lorsqu'il était enfant et qu'il brisait des objets dans sa chambre.  Il pourra insuffler à la bête la nécessité d’apprendre le self contrôle.

Pour Aladdin, il anime à nouveau le héros.  Il fallait une tête d’ange pour séduire Jasmine. Il s’inspirera de Tom Cruise !  Pour ce travail, il recevra un Reuben de la part de la National Cartoonist Society, des mains de son père qui l’avait obtenu dix années plus tôt.

Quand on lui propose l’animation de Pocahontas, Glen veut, dans son trait, faire transparaître la dualité de la jeune fille, son respect des traditions mais aussi sa volonté d’indépendance.  Ce sera une réussite immense. 

Une pause en France ...

C’est alors que Keane choisit de faire une pause dans sa carrière.  Direction la France, pour apprendre le français, travailler sa fibre artistique aux Beaux-Arts, mais surtout pour réfléchir à une idée qui lui trotte dans la tête : créer un film par ordinateur, un film qui conserverait l’aspect du tracé.  De son exil, il travaillera toutefois à l’animation de Tarzan.  Pour cela, il se replongera dans l’œuvre de Rice Burroughs.  Il en résultera un héros beaucoup plus authentique, salué par le petit-fils de l'écrivain.

C’est après la production de Tarzan que Glen Keane se tournera vers les premiers essais d’animation par ordinateur.  En animant John Silver dans une version de L'Île au Trésor de Robert Louis Stevenson, transposée dans l'espace, il créera une version numérisée des prothèses de l’œil et du bras de ce méchant cyborg.

En 2007, Raiponce sera la dernière grande collaboration de ce génie avec les studios Disney.  C’est encore une fois Glen Keane qui orientera les choix.  Il voulut en effet s’écarter de la version traditionnelle prévue pour créer numériquement une animation 3D pour recréer cette adaptation fidèle de l’histoire.

En 2012, il quitte définitivement les studios pour voler vers d’autres projets.  Il reçoit Disney Legends Award pour l'ensemble de sa contribution en 2013. Indéniablement, Disney n’aurait pas connu ce renouveau sans cet homme de légende !

Le 13 avril c’est aussi …

En 2001 : Sortie aux Etats-Unis du film Un chien envahissant

Jay Martin a un rêve : intégrer la prestigieuse Peterson Academy.  Mais pour cela, il doit gagner la bourse qui lui ouvrirait les portes.  Mais il n’est pas le seul à poursuivre cette idée. Ronny Van Dusen, le fils du principal, le souhaite également.  Et pour y arriver, il a volé l’exposé de Jay.  Comment Jay pourra-t-il récupérer son bien, quand on sait que Camille le chien de la famille s’en mêle ?


Commentaires

Laisser un commentaire


DLRP

Current track
TITLE
ARTIST

Background