fbpx
Current track

Title

Artist

Background

Coco : une bulle de réconfort chez Pixar

Ecrit par le 19 septembre 2019

Retour sur un chef-d’œuvre exceptionnel à tous points de vue : Coco. Un Pixar entre tendresse et traditions…

Coco

Sorti le 29 novembre 2017 en France, le 139ème long métrage d’animation des studios Disney, 19ème film d’animation en images de synthèse côté Pixar, nous offre un chef-d’œuvre au moins aussi étonnant que merveilleux.

Un sujet grave abordé de façon inédite par Disney.

C’est en effet avec un humour pétillant sur fond d’une infinie tendresse qu’est abordé un sujet très particulier : la Mort.

Coco

C’est au cœur du Mexique, dont la culture est particulièrement riche en la matière, que se déroule l’histoire extraordinaire de Miguel, petit homme de douze ans en quête de lui-même, déchiré entre la musique dont il sent qu’il est fait pour ça, et son interdiction totale par son arrière-arrière-grand-mère, qui a préféré créer une entreprise de cordonnerie transmise de génération en génération, plutôt que de se laisser aller à l’ouverture du cœur par la musique. Un amour malheureux, dans un terrible malentendu, est à l’origine de cette originale entreprise mexicaine.

Une aventure palpitante au Pays des Morts.

Coco

Sans détailler toute l’histoire pour laisser le plaisir de la découverte à celles et ceux qui n’auraient jamais vu le film, nous pouvons dire tout de même que c’est par une aventure extraordinaire dans le Pays des Morts que le petit Miguel va se trouver lancé à la quête de son identité, de la véritable nature de ses racines.

Il passera par toutes sortes de péripéties en essayant de rentrer chez lui, permettant l’apaisement de vivants comme de défunts par la révélation de vérités, la réhabilitations d’honneurs perdus, la réconciliation des âmes…

Coco : une infinie tendresse.

Grâce à Coco, l’arrière-grand-mère de notre héros, nous découvrons plein de choses : la mort peut être mise, au même titre que n’importe quelle étape de l’existence, en plein cœur de la vie. Nous avons également la douceur d’une idée sublime : l’amour ne disparaît pas avec la mort.

Coco

Ceux qui nous ont quittés continuent, dans ce film, à vivre en nous par le souvenir. Vivants comme défunts continuent leurs propres chemins, tant que les uns n’oubliecnt pas les autres.

Si ce chef-d’œuvre d’émotion est particulièrement propice à l’explication de la notion de deuil aux plus petits, il s’agit également d’une bulle hors du temps, occasion unique pour nous, « adultes », d’avoir du baume au cœur…

Dans notre culture européenne de la mort taboue, du deuil muet, ce film fait du bien avec son idée d’amour transfrontalier entre les vivants et les défunts.

Une réconfortante façon de voir les choses.

Nombreux sont ceux qui connaissent le deuil d’êtres chers. Que cela soit ou non le cas, il est doux à l’âme de se dire, au moins le temps du film, que tout ne s’arrête pas à la disparition. Les souvenirs, les sentiments, eux, continuent d’exister. Pour le reste, Disney laisse chacun libre d’avoir ses propres croyances et convictions, évidemment !

La douleur étant à la hauteur de l’amour ressenti, l’impression véhiculée ici, d’une coexistence avec ceux qui ne sont plus là est comme apaisante : les souvenirs sont à préserver comme nos trésors les plus précieux, seuls moyens désormais d’entretenir une relation avec ces êtres tant aimés et jamais oubliés.

Un visionnage qui vous laisse ému dans la sérénité.

Voilà la force de ce film, Coco : loin de toute effrayante et banale histoire de fantômes, elle vous laisse comme la douce sensation que ceux qui vous manquent le plus sont passés délicatement vous faire une bise, réconfortante de douceur et d’amour.

Taggé comme

Commentaires

Laisser un commentaire