Current track

Title

Artist

Background

DISNEY VINTAGE : “20.000 LIEUES SOUS LES MERS” (1954)

Ecrit par le 23 février 2020

La disparition récente de Kirk Douglas, un des derniers géants de Hollywood, nous ramène inévitablement à l’un des grands classiques des studios Disney : « 20.000 LIEUES SOUS LES MERS » (1954).

20.000 lieues sous les mers

A L’ORIGINE

Comme nous le rappelle l’excellent making of proposé sur le DVD de 20.000 Lieues Sous les Mers, Walt Disney avait toujours été fasciné par Jules Verne. Lorsqu’il eut l’idée de réaliser un film à partir de ce roman, cela n’aurait pas été possible au début de sa carrière. A moins d’en avoir fait un film d’animation, ce qui était son idée au départ. Harper Goff, un dessinateur particulièrement doué, travaillait sur divers projets pour Walt Disney et partageait avec lui sa passion pour Jules Verne. Les dessins et les storyboards qu’il réalisa à partir du roman de Jules Verne stimulèrent l’imagination de Walt. Il abandonna ainsi l’idée d’un film d’animation et prit la décision d’en faire un film en prises de vues réelles. C’était aussi pour lui, qui n’aimait pas se répéter, l’occasion d’associer le Technicolor avec le procédé tout récent du Cinemascope.

20.000 lieues sous les mers

En 1953, les studios Walt Disney étaient en pleine ébullition.  De nouveaux ateliers et plateaux furent construits afin d’accueillir les tournages des futurs films de fiction. Disney engagea les meilleurs techniciens d’Hollywood : Ralph Hammeras pour les effets visuels, Franz Planer pour la photographie, Elmo Williams pour le montage et Emile Kuri pour les décors. Pour la réalisation, aussi étrange que cela puisse paraître, il recruta Richard Fleischer, dont le père Max Fleischer avait longtemps été le grand concurrent de Disney. Fleischer se souvient avoir été un peu embarrassé par l’offre de Disney et préféra d’abord en parler à son père. Celui-ci demanda à son fils de transmettre un message à Disney : « Dis-lui qu’il a très bon goût dans le choix de ses réalisateurs ».

ADAPTER JULES VERNE

Une fois le réalisateur choisi, il fallut s’atteler à l’adaptation du roman, ce qui ne fut pas une mince affaire. En effet, le roman de Verne était surtout composé d’une suite de scènes qui n’avaient pas vraiment de liens entre elles. Fleischer travailla avec le scénariste Earl Felton. Celui-ci eut la brillante idée de transformer le roman en une histoire d’évasion de prison. La prison en question n’était autre que le Nautilus, le sous-marin du Capitaine Nemo. Walt était évidemment très impliqué dans la réalisation de ce film. Jusqu’alors, il était surtout considéré comme un brillant producteur de films d’animation mais n’était absolument pas reconnu comme producteur de films en prises de vues réelles. Ce film représentait donc pour lui un énorme défi.

« 20.000 Lieues Sous Les Mers » finit par devenir le film le plus cher de l’histoire du cinéma pour l’époque, dépassant même le budget d’ « Autant En Emporte Le Vent ». Des rumeurs circulaient à l’époque selon lesquelles le film aurait pu provoquer la ruine des studios Disney s’il n’avait pas été le succès qu’il est devenu.

UN CASTING 4 ETOILES

20.000 lieues sous les mers

Walt Disney savait que pour que son film devienne un succès, il avait besoin de grandes stars pour interpréter les quatre rôles principaux. Le choix se porta finalement sur James Mason, Paul Lukas, Peter Lorre et Kirk Douglas. En ce qui concerne le Capitaine Nemo, la production essaya de rester fidèle au personnage tel qu’il est décrit dans le livre.  James Mason (Nemo dans le film) était déjà une très grande vedette en Angleterre. Le public commençait à le connaître aux Etats-Unis grâce à des films comme « Le Renard du Désert », « Le Prisonnier de Zenda » ou « Une Etoile Est Née ». Mason était un acteur très introverti.

20.000 lieues sous les mers

Kirk Douglas (qui interprète Ned Land), contrairement à Mason, était plutôt extraverti. Demandé par les plus grands studios hollywoodiens, Douglas était devenu une énorme star grâce à ses nominations aux Oscars pour « Le Champion » et « Les Ensorcelés ». Kirk se souvient qu’il avait la réputation d’être un acteur difficile, ce qu’il conteste farouchement. Le réalisateur reconnait cependant, non sans humour, que l’otarie fut bien plus difficile à diriger que Kirk Douglas. En plus des scènes de comédie avec l’animal, Douglas fut confronté à une autre difficulté, celle de devoir chanter et jouer de la guitare. On peut dire qu’il releva le défi haut la main.

20.000 lieues sous les mers

Dans le rôle du Professeur Aronnax, Paul Lukas se montra un partenaire plutôt susceptible et parfois agressif. Les difficultés qu’il éprouvait à mémoriser son texte peuvent en partie être à l’origine de son comportement dérangeant. Peter Lorre, quant à lui, se montra beaucoup plus agréable. Il aimait plaisanter en affirmant que le calamar avait obtenu le rôle qui lui était habituellement réservé.

UN TOURNAGE DIFFICILE

Disney dut engager des dizaines d’artisans pour créer les costumes et maquiller les nombreux figurants pour la scène des cannibales tournée en Jamaïque. Cependant, les scènes les plus compliquées à tourner furent les séquences sous-marines. Les scaphandres pouvaient peser plus de 75 kilos. L’une des principales difficultés concernait l’approvisionnement en air des plongeurs.

En effet, les scaphandriers étaient équipés de chaussures lestées de plomb qui leur permettaient de marcher au fond de l’eau mais les empêchaient de nager. Des sauveteurs étaient prêts à intervenir en permanence en cas de difficulté. Une autre difficulté concernait la présence du limon. Lorsque les acteurs marchaient au fond de l’eau, ils remuaient le limon qui finissait par former une sorte de brouillard très épais. Il devenait impossible de tourner dans cette opacité.  Fred Zendar, responsable du service de sécurité, eut l’idée d’installer d’énormes tapis pour permettre aux plongeurs de marcher sans trop remuer le limon.

LE NAUTILUS

20.000 lieues sous les mers

L’un des éléments les plus mémorables de 20.000 Lieues Sous les Mers reste sans conteste l’impressionnant  Nautilus, tel qu’il fut conçu par Harper Goff. Les décors représentant l’intérieur du Nautilus furent particulièrement difficiles à éclairer. En effet, ils étaient conçus pour donner une impression de claustrophobie et laissaient ainsi peu d’espace pour installer le matériel d’éclairage.

LA SCENE DU CALMAR GEANT

La célèbre scène du calmar géant fut tout d’abord tournée dans un décor de crépuscule sur une mer calme. L’équipe se rendit vite compte que cela ne fonctionnait pas. Le monstre paraissait ridicule. Les câbles qui permettaient d’articuler les tentacules étaient clairement visibles. Le scénariste Earl Felton proposa de refilmer la séquence comme si elle se passait de nuit par temps de tempête. Cette décision provoqua immanquablement un dépassement du budget, mais le résultat final fut à la hauteur.

20.000 lieues sous les mers

UN IMMENSE SUCCES

Il fallut deux ans pour produire « 20.000 Lieues Sous Les Mers » : un an de préparation, six mois de tournage et six mois de montage et de post-production. Ce fut un énorme succès au box office dans le monde entier. Il récolta deux oscars : pour les meilleurs décors et les meilleurs effets spéciaux. On peut affirmer sans risquer de se tromper que 66 ans plus tard, ce film occupe toujours une place importante dans le cœur de plusieurs générations de spectateurs.

Découvrez Disneyland Paris à prix réduit !

Le Nautilus vous attend tous les jours pour le visiter à Disneyland Paris. Et grâce à DLRP et 365Tickets, c’est possible à prix réduit !

365Tickets est le leader de la vente de billets touristiques, et ce depuis 1997 ! Il ne s’agit donc pas d’un hasard si le site profite d’un partenariat avec Disneyland Paris, permettant d’offrir les billets au meilleur prix !

De plus, avec le code DLRP5, vous bénéficierez alors d’une réduction supplémentaire de 5%, à valoir sur les billets du parc. Alors, qu’attendez-vous ?


Commentaires

Laisser un commentaire