fbpx
Current track

Title

Artist

Background

Ghibli : les créateurs de rêve japonais

Ecrit par le 13 février 2020

Avec ses films, ses univers et ses personnages reconnus à travers le monde, Ghibli atteint le public tant par la simplicité de ses histoires que par l’émotion qu’elles dégagent.
Retraçons l’historique d’un studio porteur de poésie et de messages forts.

Premiers pas

Les origines du studio sont à chercher au début des années 80, lorsqu’une vague de films d’animation de science-fiction destinés à un public adulte, investit les salles de cinéma japonais (Albator 84, Galaxy Express 999, …). Dans le but de conquérir le marché, l’éditeur Tokuma confie au jeune cinéaste Hayao Miyazaki la réalisation d’un long métrage. Ayant une expérience probante sur diverses séries télévisées, celui-ci déborde d’idées, parmi lesquelles l’ébauche d’un script aboutira à Princesse Mononoké, fin des années 90.

Son ami Isao Takahata est également producteur et se met en quête d’un studio : celui-ci choisira Topcraft, fondé au début des années 1970. Leur premier film sera Nausicaä et la vallée du vent, adaptation débutée en 1983 et sortie en salle en mars 1984. Ce film séduit près d’un million de spectateurs japonais. En France, il faudra attendre août 2006, soit plus de 20 ans, pour que le film bénéficie d’une exploitation.

Conforté par les critiques et l’accueil du public, le studio souhaite enchainer directement sur un nouveau projet, mais la gestion calamiteuse de celui-ci le plonge au bord de la faillite. Miyazaki et Takahata décident alors, en juin 1985, de fonder leur studio indépendant qui portera le nom de Ghibli (terme arabe désignant le sirocco du désert, employé par les pilotes italiens de la Seconde Guerre Mondiale). Le Château dans le ciel voit alors le jour.

ghibli nausicaa

Premiers succès

Premier film estampillé Ghibli, Le Chateau dans le ciel rencontre un franc succès lors de sa sortie en 1986 (janvier 2003 en France).

Pour le projet suivant en 1988, Miyazaki a comme idée l’histoire d’une famille installée en lisière de forêt habitée par une créature fantastique alors que Takahata veux miser sur l’adaptation d’un nouvelle des années 60, dans laquelle deux enfants tentent de survivre dans une ville japonaise dévastée par les bombardements de la Seconde Guerre Mondiale. La décision est prise : les deux films seront produit séparément : Mon voisin Totoro et Le Tombeau des Lucioles. Ils deviendront des classiques instantanément, même si le public n’est pas vraiment au rendez-vous.
La réputation du studio s’établit grâce aux multiples récompenses, mais également grâce aux produits dérivés.

La créature vedette Totoro est adoptée pour devenir la mascotte du studio et pour apparaitre en préambule de chaque production, à l’image de Luxo Jr chez Pixar plus tard.



Commentaires

Laisser un commentaire