En ce moment

Titre

Artiste

Background

Ratatouille, ou quand un rat nous apprend à être fidèle à nos rêves

Écrit par sur 18 mars 2021

« Tout le monde peut cuisiner ». Telle est la devise du chef Gusteau dans le film « Ratatouille » des Studios Pixar. Remy le rat va s’y accrocher afin de réaliser son rêve le plus cher : celui de devenir un grand chef. Mais au fond, qu’est-ce que Gusteau essaie vraiment de nous dire ? Et pourquoi Remy continue de croire à son rêve même lorsque la situation semble désespérée ? Nous tenterons d’y répondre dans ce troisième volet de notre série sur la fidélité chez Disney.

Croire en ses rêves ?


On a tous au fond de nous un rêve. Un souhait que l’on aimerait réaliser et qui, bien souvent, semble impossible. A travers ses films d’animation, Disney nous explique généralement qu’il suffit d’y croire pour qu’ils se réalisent. Avec « Ratatouille », Pixar nous montre une réalité bien différente. Il ne suffit pas de croire à ses rêves, il faut aussi travailler dur et savoir saisir sa chance quand celle-ci se présente. Pas toujours facile… surtout lorsque, comme Remy, on est un rat !

Un rat pas comme les autres


Malgré ses origines, Remy n’est pas un rat comme les autres. Il n’aime pas se salir et possède un odorat particulièrement développé. Mais surtout, il est passionné par la cuisine ! Notre ami à 4 pattes part d’un principe simple. Si on devient ce que l’on mange alors, il ne veut manger que de bonnes choses. Comme sa colonie vit au-dessus d’une maison, Remy a souvent eu l’occasion de visiter la cuisine. Et d’y apprendre de nombreuses choses. Il est fasciné par l’esprit de création des Hommes et, en particulier d’un Gustave Gusteau. Ce chef étoilé a une devise : « Tout le monde peut cuisiner ». Grâce à lui, Remy commence à rêver. Et son rêve, c’est de devenir un grand chef cuisinier. Très vite, il revient les pieds (ou plus précisément les pattes) sur terre et ne peut que constater cette triste réalité : il n’est qu’un rat !

A lire également
Ghibli : les créateurs de rêve japonais

Pourtant, après quelques mésaventures, il sera propulsé en plein cœur de Paris, ville de la haute gastronomie française. Un pas vers son rêve.

Qu’est-ce que rêver ?

Rêver, ce n’est pas juste avoir la tête dans les nuages. C’est une nécessité, un moteur pour avancer dans la vie. C’est justement la possibilité de réaliser un rêve qui rend la vie intéressante. Les rêves nous orientent vers ce que l’on veut et sont souvent porteurs d’une volonté de changement. Parce qu’ils sont remplis d’espoir et de bonheur, ils ont un impact très positif dans nos vies.

Remy est loin de connaître une vie facile. Persécuté par les hommes, il est obligé de se nourrir dans les poubelles et de vivre dans la clandestinité. Il aurait très bien pu s’en accommoder et vivre comme ses semblables. Mais ce qui permet à Remy de garder la tête hors de l’eau, c’est justement son rêve. Celui-ci lui permet d’être un peu plus qu’un rat, il lui permet d’être un artiste. En restant fidèle à son rêve, Remy arrive à franchir les étapes douloureuses et cela lui servira dans son aventure à travers la capitale française.


La rencontre qui change la vie


Après avoir été séparé de sa famille, notre ami à 4 pattes se retrouve à errer dans les égouts parisiens. Grâce à la conscience de Gusteau, il se rend compte qu’il est à Paris. Et qui plus est, à proximité du restaurant de son idole, l’endroit dont il a tant rêvé. Là-bas, il va faire la connaissance d’un humain en la personne de Linguini.

A lire également
Ca s’est passé un… 10 juillet : Ratatouille, L'aventure totalement toquée de Rémy

Alfredo Linguini est un jeune homme maladroit, timide et peu sûr de lui. Alors qu’il a déjà perdu de nombreux emplois, il en obtient un nouveau en tant que commis aux poubelles dans ce restaurant. Rien ne semble lier son destin à la cuisine, à part un détail qu’il ignore : il est le fils de Gusteau.
Voulant sortir de son rôle ingrat, il décide d’ « innover » en cuisine. Et voilà qu’il ajoute quelques ingrédients à la soupe du jour. Ainsi il la rend… infecte ! C’est à ce moment-là que Remy décide de montrer ce qu’il vaut. Et avec ses petites pattes, il retravaille le potage. Mais il se fait surprendre par Linguini. Ainsi nait une étonnante amitié et une complicité entre les 2.


Un premier pas vers son rêve


Nos 2 amis vont se rassembler autour d’un même objectif : rendre ses lettres de noblesse au restaurant en proposant de nouveaux plats innovants. Remy, caché dans la toque de Linguini, lui fait exécuter les gestes afin de préparer les nombreux plats. Le succès est au rendez-vous ! Les clients affluent en masse et la critique est élogieuse. De plus, Linguini découvre qu’il est le fils de Gusteau et devient le patron du restaurant. Le jeune homme, qui a aussi trouvé l’amour auprès de Colette, se retrouve donc au centre de toutes les attentions.


Fidélité au rêve … fidélité en amitié


Estimant que son talent n’est pas reconnu à sa juste valeur, Remy décide de s’éloigner de son comparse. Les deux amis vont vite se rendre compte qu’ils ne sont rien sans l’autre. C’est ensemble qu’ils pourront réussir. Fidèles l’un à l’autre, ils resteront fidèles à leur rêve.

A lire également
10 secrets de Disneyland Paris…


Mais un défi de taille les attend. Anton Ego, considéré comme l’une des meilleures critiques culinaires, va s’inviter à la table de l’établissement. Il veut juger si les derniers avis sur le restaurant sont justifiés. Comme plat principal, Remy décide de cuisiner un mets pour le moins rustique : une ratatouille. Comment un plat aussi simple pourrait-il convaincre Ego ? Pourtant, le choix va être gagnant. Lors de sa première bouchée, Ego replonge en enfance… Il revoit l’époque où sa mère lui préparait le même plat. Une expérience extraordinaire pour Ego et une véritable réussite pour Remy et Linguini.


Happy end


A la fin de Ratatouille, Remy et Linguini atteignent ainsi leur rêve, qu’ils n’auraient jamais cru réaliser. Malheureusement, la découverte de compagnons rats va provoquer la fermeture du restaurant de Gusteau par les services sanitaires. L’histoire se termine toutefois sur une « happy end » puisque nos deux amis, accompagnés de Colette, vont ouvrir un petit bistrot qu’ils vont intituler… « La Ratatouille » !





Que tirer de cette histoire ?


Au final, qu’essaie vraiment de dire Gusteau avec sa phrase « Tout le monde peut cuisiner » ?


A travers sa critique, Anton Ego nous apporte un élément de réponse : « Tout le monde ne peut pas devenir un grand artiste, mais un grand artiste peut surgir n’importe où ! ». Ces paroles ont un sens plus profond que le talent de cuisinier. Peu importe notre nationalité, notre couleur de peau, notre orientation sexuelle, notre religion ou notre opinion politique, nous pouvons tous accomplir de grandes choses. Chacun d’entre nous peut apporter quelque chose à ce monde. Et nos rêves n’ont pour limite que l’énergie et l’espoir que nous allons placer en eux. Comme le disait Mark Twain, « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait ».
Remy et Linguini nous montrent qu’un rêve est réalisable tant qu’on lui est fidèle… et que l’on travaille dur pour le voir devenir réalité. Toutefois, aussi beau et merveilleux soit-il, un rêve comme celui dans Ratatouille ne doit pas nous détourner des choses importantes de la vie. Des petits bonheurs quotidiens. Ceux-ci ont sans doute plus de saveur que tous les rêves du monde réunis. A méditer !


Les opinions du lecteur
  1. Françoise   Sur   18 mars 2021 à 17 h 54 min

    Très bel article qui remet le rêve au goût du jour … nous en avons tellement besoin. Bravo et merci Ulysse. Bonne continuation.

  2. Capozza   Sur   18 mars 2021 à 19 h 57 min

    Bien vrai Ulysse,moi j’y crois de plus .une conclusion qui m inspire car moi qui n ai fait que rêver dans ma vie; aujourd hui je commence à savourer les plaisirs en famille. Moi, j ai choisi!!.

  3. sabine   Sur   19 mars 2021 à 23 h 11 min

    Merci Ulysse de m’avoir rappelé que certains rêves attendent toujours et qu’il est temps de leur donner vie… Quelle belle plume tu as 😉😀!

  4. Véronique   Sur   21 mars 2021 à 7 h 53 min

    « Rien n’est impossible », une de mes devises :-). Personne ne me l’avait aussi joliment développée. Quelle preuve à la fois de maturité et de créativité. Qu’il est bon de te lire Ulysse, continue, je suis fan 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *